Menu.

Les différentes peintures à l'aquarelle

Aux côtés des aquarelles classiques, voici la calligraphie sur papier humide.
Yvo Jacquier © Artiste peintre contemporain


L'eau et l'aquarelle

« Comme eau » : le style du chat s'approche de la fluidité de l'eau. « Comme eau » : le style du chat s'approche de la fluidité de l'eau.
Le temps de l'aquarelle est paradoxal. C'est l'art de la vélocité et de la promptitude alors que son phénomène se produit en deux temps. Le geste volontaire du peintre est transformé durant le séchage par le contexte de l'eau, comme si cette eau se réservait le droit d'accepter ou non, de digérer ou non l'intention du peintre. Le principe "du pigment que l'on dilue dans de l'eau" paraît très vite inadéquat.

La couleur vivante montre qu'elle est contente au contact de l'eau: elle nage littéralement. Sinon la couleur donne l'impression de tomber, de s'écraser sur le papier. Pour comprendre, et surtout pour sentir ces réactions intimes de la matière, il faut prendre le temps de les observer.

L'expérience de chacun vaut mieux que tout apprentissage mécanique qui viserait à reproduire les mêmes effets que je ne sais quel maître... Une technique artistique permet de créer, pas seulement de copier.


L'aquarelle classique

La trame de toute construction classique est dans l'élaboration progressive des contrastes.

« Allegro » : les notes de couleur d'un jeu musical. « Allegro » : les notes de couleur d'un jeu musical.
Couche après couche la densité des couleurs monte, de façon progressive, et le trait gagne en précision. Les premiers passages sont fades et le papier plutôt humide, les derniers sont très contrastés et le papier devient sec. Grâce à quoi on obtient une profondeur, un relief et une richesse des couleurs. Bien évidemment, la réserve des blancs reste essentielle à chaque étape.

L'esquisse est l'objet d'un choix. Doit-on la faire au crayon ou au pinceau, de façon appuyée ou discrète ? Aucune règle ne vaut un beau résultat : la preuve après l'effort.


L'aquarelle sur papier humide

L'art de la calligraphie par une technique à l'aquarelle sur papier humide. « Cheval cabré » : calligraphie à l'aquarelle sur papier humide.
Tous les manuels le précisent: « Sur un papier humide, on fait des taches, pas des traits ». Je n'avais pas lu ces manuels. Je n'ai donc aucun mérite à prouver le contraire à travers ce que l'on appelle "calligraphie" , pour mieux les identifier. Ces oeuvres particulières sont réalisées à l'aquarelle sur un papier humide. Pour la petite histoire, les premiers exemples "probants" datent de 1988 (avant, j'accordais mon instrument).


Le bleu Jacquier

« Nocturne » : aquarelle sur papier d'Arches, paysage nocturne. « Nocturne » : aquarelle sur papier humide; bleu Jacquier.
Le bleu Jacquier est un mélange d'encre et d'aquarelle. La teinte ainsi obtenue produit un effet de matière où se séparent la fluide aquarelle de l'encre plus lourde sans totalement se dissocier. On obtient des effets similaires avec les mélanges qui intègrent la gouache. Ce bleu est né au début des années 80.

La technique elle même dite sur papier humide, en tant que pratique, nécessite une parfaite maîtrise des gestes qui, au contraire de la calligraphie asiatique traditionnelle, sont très lents. Pour tout avouer: ils ne supportent aucune hésitation, pas même un tremblement : la sanction serait immédiate et se traduirait par un retour de la matière à sa vocation de tache!

La technique reste valable quelle que soit les pigments et leurs liants: aquarelle, gouache et encre. On peut obtenir des traits parfaitement contrôlés sur un papier humide, laisser des blancs en réserve et manier les lumières à la façon de l'aquarelle classique, pour couronner le tout.

L'homogénéité du résultat fait sa force. Dans l'oeuvre, il n'y a pas de rupture entre un arrière plan en fondu et les éléments de premier plan, puisqu'ils ne sont pas repris sur le papier séché. Pour autant, on peut maîtriser la perspective à l'aide du vocabulaire usuel des teintes et des valeurs atténuées.

Depuis plusieurs années, on me demande d'organiser des stages pour enseigner cette pratique inédite. J'ai paré à cette invitation à travers une boutade : « La peinture, c'est un peu comme Médecine, sauf que la première année dure un quart de siècle ! ». Malheureusement pour moi, la date de péremption de cette formule magique est largement dépassée.

Textes parallèles :

L’AQUARELLE
L'histoire de l'aquarelle
L'aquarelle et la lumière
Ses différents usages

TECHNIQUE DE L’AQUARELLE
Avertissement
Principes techniques
Papiers, pinceaux, matières, eau…

DIFFÉRENTES APPROCHES
L'eau et l'aquarelle
L'aquarelle classique
L'aquarelle sur papier humide
Le bleu Jacquier

AQUARELLE ET HUILE
Leurs rapports sulfureux
L'aquarelliste et la lumière

AQUARELLE ET COULEUR
Fabrication de la couleur
Les couleurs dans l'aquarelle
Le spectre des couleurs
La couleur et la matière

Compléments :

LES AQUARELLES
Les oeuvres de Yvo Jacquier

DESSINS AQUARELLÉS
Les oeuvres de Yvo Jacquier