Menu.

La Naissance de la peinture moderne

L'art moderne est né sur les bords de l'Aven.
Yvo Jacquier © Artiste peintre contemporain

La querelle des anciens et des modernes

« L'Aven » - Peinture de l'artiste contemporain Yvo Jacquier. Abordons notre question définitoire à travers un des plus formidables affrontements de l'histoire: la querelle des classiques et des modernes au début du 20ème siècle. Les classiques tenaient avant tout à leurs traditions; ils avaient pour atout une formidable technique d'atelier. Les modernes étaient sortis de leurs ateliers pour chercher l'inspiration en pleine nature; ils éprouvaient un certain mépris pour la technique tant qu'elle ne se soumettait pas à ce qu'ils croyaient être la vérité. L'opposition entre ces deux courants était beaucoup plus subtile et complexe qu'il n'y paraît.

On assiste à un formidable combat entre la vérité et l'illusion. Les classiques pratiquent une illusion parfaitement réaliste et esthétisante, pendant que les modernes décrochent du réel, au risque de choquer, pour mieux en rendre compte, avec plus de vérité que la photographie.

Les peintres classiques

Les allégories des peintres classiques - dont les fameux pompiers, sont délicieusement virtuelles ! Le catalogue antique et biblique y est décliné avec un goût qui tient du fantasme pur. Pendant ce temps apparaissent de nouvelles écoles, comme celle de Gauguin ou l'impressionnisme, qui refusent la métaphore et renouent avec le sens à l'état brut.

La redécouverte des arts primitifs - dits premiers, a exercé sa formidable influence. Ces arts lointains avaient déjà parlé à d'illustres prédécesseurs comme Albrecht Dürer , mais cette fois, au début du 20ème siècle, il répondait à une sorte de préoccupation collective : la vérité est dans la nature. On parlera même d'état de nature... Vive Rousseau, avec ou sans douanier !

Les peintres modernes

Gauguin est venu à Pont-Aven pour entendre chanter la pierre sous les sabots. Les Bretons étaient des primitifs à son sens, "épargnés par le trouble de la civilisation". Il a traité les paysages de la région avec une extrême vérité, dans leur intimité la plus secrète. Les scènes de personnages font ressortir une conscience collective qui s'oppose aux phantasmes des classiques évoqués plus haut. Gauguin ne peignait pas de scènes bibliques conventionnées par une tradition urbaine et élitaire : il a peint le sens religieux des Bretons du peuple. La force qui se dégage de ses visions est claire comme l'eau des sources où il s'abreuvait au cours de ses longues marches.

L'histoire a donné raison à l'art moderne et mis les pompiers au rebut. La vérité a triomphé sur le fantasme et l'illusion. La beauté a dépassé la volonté de séduire. Mais que reste-t-il de cette formidable leçon ?

Textes parallèles :

PEINTURE
Définition de Maurice Denis
Contre définitions de « peinture »
La peinture et l'histoire

LA NAISSANCE DE LA
PEINTURE MODERNE

La querelle des anciens et des modernes.
Les peintres classiques. Les peintres modernes.

LA PEINTURE DANS L'ART MODERNE
L'art moderne.
Les dérives de l'histoire - la leçon de l'art moderne.

LA FIGURATION - L'ABSTRACTION
La grande cassure du 20e siècle.
Y a-t-il une opposition entre figuratif et abstrait ?
Yvo Jacquier : artiste contemporain.

PEINTURE CONTEMPORAINE
Que veut dire peinture contemporaine ?
À quoi ressemble-t-elle aujourd'hui ?
À quoi ressemblera-t-elle demain ?