Menu.

Le marchand d'art

Le marchand d'oeuvres d'art exerce sur un marché
dont il suit et provoque l'évolution.
Yvo Jacquier © Artiste peintre contemporain


Des galeries aux foires et salons

Biennale de Florence 2003 pour le peintre contemporain Yvo Jacquier. Biennale de Florence 2003 pour le peintre Yvo Jacquier.
Les premiers marchands d'oeuvres d'art sont souvent des collectionneurs, qui trouvent là le moyen de se nourrir de leur passion. Tout le monde a la nostalgie de cette époque, quand une relation de type familiale unissait artistes, galiéristes et acheteurs. De nombreux films ont cherché à retracer ce climat - le dernier en date est le très beau "Modigliani". Comme marchands d'oeuvres d'art, on peut citer Kahnweiler, Vollard et Maeght. Ils sont entré dans l'histoire au cotés des illustres artistes qu'ils défendaient, du Cubisme au Surréalisme .

Les prix ont monté et deviennent cote - terme emprunté à la bourse. Le marché s'étoffe, se structure. Un second marché apparaît - celui des ventes publiques, qui sert immédiatement de baromètre au premier. On peut y établir, ou y régler ses comptes : concernant des artistes aussi modernes que contemporains, on ne peut s'attendre à la douce tranquillité qui caractérise les morts... Les marchands d'art apprennent à surveiller les salles des ventes, parfois même à s'en inspirer.


Du marchand au art dealer

Ce système stable ne subit que très peu l'influence du pouvoir. Le régime Nazi s'en offusque et réagit violemment. Tout au long du 20ème siècle, le marchand d'art dirige le marché, l'anticipe et le régule. Les boutiques sont désormais grandes galeries. Leurs références font les cotes. L'artiste est sous contrat, presque en sécurité...

Pourtant, très lentement, la société évolue. La population des peintres amateurs augmente plus vite que les cimaises dans les galeries qu'ils envahissent. Les loisirs produisent plus de concurrence que d'attention envers les oeuvres d'art telles que les conçoivent encore les marchands. Si une certaine hiérarchie de valeurs subsiste, la réceptivité du public devient capricieuse et précaire. L'art se démocratise pendant que la 'société de progrès' envahit l'imaginaire de slogans et d'informations. Pour répondre à cette dérive, la marchand entre dans la clandestinité. Il retrouve ses clients directement chez eux ou dans quelque salon privé, à l'abri de la foule. Il devient art dealer.


L'évolution du statut de marchand d'art

Quand elle se révèle, la crise ne fait que constater l'évolution du marché de l'art, qui se traduit par cette boutade: quand on parle de marché public, c'est du marché institutionnel. Quand on parle de marché privé, c'est celui d'un salon privé.

Le marchand d'art agit désormais sur trois espaces: les salons privés, les salles des ventes, et enfin les salons et foires internationales. Les grandes vitrines sont de plus en plus prestigieux alibis. En fait, toute l'action se passe dans l'intimité de petits cercles décisionnaires, loin des vernissages classiques, et sur les carrefours éphémères des grands rassemblements.

Textes parallèles :

VENTE OEUVRES D’ART
Histoire de l'art et marché
Le marché des oeuvres d'art
La vente subit une crise

MARCHAND D’ART
Galeries, foires et salons
Marchand & art dealer
Évolution du marchand d'art

MARCHÉ DE L’ART
Premiers constats
Composantes du marché
Foires, salons et biennales
Salles des ventes, auctioneers

COLLECTIONS PEINTURE
La passion de la peinture
Le rôle du collectionneur
Collections nées du mécénat
Collectionneurs et Internet

MÉCÉNAT D’ENTREPRISE
Le mécénat
Entreprise = communication ?
Retour sur investissement
Mécénat et sponsoring

ART & ENTREPRISE
Le mécène et l'artiste
Le partenariat
Environnement du projet


Compléments :

PROJETS
Artistes en action

IDÉORÉALISME
Un idée de l'art